LES NIVEAUX D’ACIDE URIQUE PRÉDISENT LA SURVIE CHEZ LES HOMMES ATTEINT DE SLA

samedi 23 juin 2012
par  André Boucq
popularité : 9%

LES NIVEAUX D’ACIDE URIQUE PRÉDISENT LA SURVIE CHEZ LES HOMMES ATTEINT DE LA SCLÉROSE LATÉRALE AMYOTROPHIQUE

Source : Neurology Clinical Trials Unit, Massachusetts General Hospital, Harvard Medical School

Résumé Des niveaux élevés d’acide urique ont récemment été associés à la diminution de la progression dans la maladie de Parkinson, la maladie de Huntington, atrophie multisystémique et la déficience cognitive légère.

Le but de cette étude est de déterminer si les taux sériques d’acide urique prédisent la survie dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Un total de 251 personnes avec SLA participants dans deux essais cliniques multicentriques ont été inclus dans notre analyse.

Le principal résultat à mesurer était la durée de survie, calculée comme temps jusqu’à la mort ou jusqu’à la trachéotomie, ou à la ventilation assistée permanente, avec n’importe quel événement considéré comme un point de mesure de la survie.

Des modèles de risques proportionnels de Cox ont été utilisées pour estimer l’hazard ratio (HR) entre le point de survie et le niveau de base d’acide urique après ajustement pour les marqueurs de sévérité de la maladie (CVF, score total de ALSFRS-R, le temps depuis l’apparition des premiers symptômes, retard de diagnostic, BMI, l’apparition bulbaire versus spinale, l’âge et riluzole). Il y avait un avantage de survie dépendant de la dose chez les hommes, mais pas chez les femmes, avec des niveaux plus élevés de l’acide urique de base (logrank test : p = 0,018 pour les hommes, p = 0,81 pour les femmes).

Il y avait une réduction de 39 % de risque de décès au cours de l’étude pour les hommes avec chaque augmentation de 1 mg/dl en acide urique (ajusté HR : 0.61, IC à 95 % 0,39-0,96, p = 0,03).

Il s’agit de la première étude à montrer que l’acide urique sérique est associé à une survie prolongée dans la SLA, après ajustement pour les marqueurs de sévérité de la maladie. Semblables à des rapports antérieurs dans la maladie de Parkinson, cette association a été observée chez les sujets mâles seulement.

Traduction : ALS Liga : Anne