Discution sur les voiturettes pour handicapé au parlement (clic)

Une interpellation supplémentaire de Madame la Députée :
samedi 17 mars 2012
par  André Boucq
popularité : 100%

Une interpellation de Madame la Députée :

En voici le rapport, en fin d’article, je me permets de commenter, donner mon opinion ! Bien évidemment ce n’est comme d’habitude que mon avis personnel et celui-ci n’engage que moi, mais je ne peux m’en empêcher !!!!!!

Catherine Fonck (cdH) : Monsieur le président, madame la ministre, de nombreuses personnes dénoncent et ont dénoncé à plusieurs reprises le gaspillage dans le domaine du remboursement des voiturettes pour personnes handicapées.

D’une part, l’octroi des voiturettes ne tient pas compte de l’évolution probable de la maladie. Par conséquent, les personnes handicapées doivent déposer au fur et à mesure de nouvelles demandes. . Le matériel est rapidement obsolète et n’est donc plus utilisé alors qu’il pourrait être adapté pour être réemployé. D’autre part, rien n’est prévu pour le matériel parfois encore en excellent état après le décès de la personne handicapée.

Pour illustrer mon propos, je vous donne un exemple frappant datant de septembre 2009. Un patient atteint d’une maladie neurologique grave, en situation de handicap lourd, avait reçu une voiturette de 15 000 euros de l’INAMI. Malheureusement, six mois plus tard, il décéda. Son épouse demanda alors ce qu’il convenait de faire de cette voiturette, qui était neuve. On lui répondit qu’elle pouvait en faire ce qu’elle voulait. Elle l’offrit donc – et elle eut raison – au Téléthon, qui put la donner à une autre personne porteuse de handicap.

Pour combler ce vide, la Région wallonne propose de lancer un site internet de type eBay sur lequel chacun pourra mettre en vente le matériel inutilisé, comme les voiturettes, les lits médicalisés ou toute autre forme de matériel médicalisé.

Madame la ministre, quelles sont vos propositions pour lutter contre le gaspillage dans le domaine des voiturettes ou du matériel médicalisé pour des personnes handicapées, voire des personnes malades, alors que ce type de matériel est onéreux, tant pour les personnes concernées que pour l’INAMI ?

L’octroi des voiturettes doit-il tenir compte de l’évolution probable de la maladie ?

L’INAMI est-il associé à l’initiative de la Région wallonne concernant la revente de matériel ?

Une voiturette, voire un autre matériel médicalisé acheté auprès du futur site internet de la Région wallonne pourra-t-il être remboursé par l’INAMI ? Les patients paieraient en effet le prix plein alors qu’ils réutilisent du matériel que l’INAMI leur a éventuellement déjà octroyé. Ils seraient pénalisés s’ils ne bénéficiaient pas du remboursement de l’INAMI.

Laurette Onkelinx, ministre : Monsieur le président, chers collègues, je suis d’accord avec M. Seminara selon lequel ce n’est pas facile.

Pour le reste, je comprends que vous dénonciez un certain gaspillage, mais des actions ont été entreprises à cet égard. Ainsi, pour les résidents des maisons de repos, un système de location est entré en vigueur le 1er septembre 2007 afin de répondre aux besoins des utilisateurs et, dans la mesure du possible, de remettre en service du matériel.

Par ailleurs, afin de satisfaire plus vite les besoins de personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique tout en employant mieux les moyens financiers disponibles, la mise en place d’un projet expérimental de mise à disposition gratuite et de réutilisation des dispositifs est à l’étude.

Il est développé conjointement par l’INAMI, l’AWIPH, le Dienstelle für Personen mit Behinderung, le service Phare et la Vlaamse Agentschap voor Personen met een Handicap.

L’évolution probable de la maladie est, bien sûr, un facteur dont il faut tenir compte dans l’octroi d’une aide à la mobilité.

L’INAMI n’est pas associé à l’initiative de la Région wallonne relative à la revente de matériel. L’idée n’est pas inintéressante, bien entendu.

Seulement, il faut se demander s’il est opportun et approprié de revendre à titre personnel le matériel financé par la collectivité alors qu’il pourrait être mis à disposition ailleurs au nom de cette même solidarité. En l’état actuel de la réglementation, une voiturette achetée auprès du futur site internet de la Région wallonne ne peut pas faire l’objet d’un remboursement dans le cadre de l’assurance maladie-invalidité.

Seules les voiturettes neuves sont remboursées, à l’exception du système de location dont je viens de vous parler.

De toute façon, je compte contacter Mme Tillieux pour lui expliquer cette situation. Pour le reste, il faut se rappeler que ce secteur sera régionalisé dans peu de temps. À un moment, les Régions et Communautés, Région pour les francophones par décret spécial, décideront du système général et cohérent.

Catherine Fonck (cdH) : Monsieur le président, madame la ministre, peut-être certaines voiturettes ne peuvent-elles pas être réutilisées. Néanmoins, je plaiderai pour que des patients ou des personnes handicapées qui ne peuvent bénéficier de rien devraient pouvoir réutiliser du matériel laissé pour cause de décès ou de modification d’état.

Cela dit, certaines décisions seront appliquées quant à la répartition des compétences institutionnelles. Peut-être dans deux ans. Il serait injuste que des personnes achètent du matériel en ligne, comme sur eBay, alors qu’elles achètent du matériel déjà alloué gratuitement via l’INAMI ou l’AWIPH. Ce serait injuste pour celles qui en héritent en devant le payer, même si le coût sera moindre qu’en première main. Il conviendrait de réfléchir à appliquer une solidarité in fine à tous et pas seulement envers ceux qui abuseraient alors du système, même sans le vouloir. Il s’agira de s’articuler et d’éviter la coexistence de systèmes payants pour certains et gratuits pour d’autres.

Mon opinion ( André Boucq ) : Le gaspillage, est très coûteux à la société. J’ai reçu la requête d’un malade il y quelques mois. L’INAMI acceptait à ce monsieur le remboursement d’un fauteuil basic et rien de plus, alors que les spécialistes et ergothérapeutes démontraient par a+b que l’évolution de la maladie (SLA) nécessitait et nécessiterait pour cette personne d’aménagements supplémentaires dans peu de temps, pas du luxe exemple les relève jambe électrique et dossier inclinable,....... Le résultat de cette décision, un fauteuil inutilisable rapidement !

UN GASPILLAGE PUR ET NET DE TEMPS ET D ARGENT !

Car !!!!!!!

L’ergothérapeute devra par la suite se déplacer à plusieurs reprises = (Frais de déplacement supplémentaires).

De plus des pertes de temps et du travail pour les administratifs en plus qui aurait pu être évité = (Frais administratifs supplémentaires).

Une perte de temps pour l’utilisateur, qui risque de ne bénéficier de ces aménagements trop tard, et qui ne pourrait utiliser le matériel remboursé à cause de son évolution et dans l’attente du nouvel accord. Informez-vous SVP auprès de malades et vous apprendrez que les diverses demandes et attentes sont déclencheurs de stress et fatigue. Ces maux entraineront des visites médicales et un traitement qui n’auraient pas eu lieu si la personne avait pu être heureuse de se savoir aidée et ainsi se consacrer à autres chose, et faire des projets de sorties = (Frais médicaux supplémentaires)

Ne serait-il pas plus subtil d’écouter et de respecter les recommandations et conseils des spécialistes du handicap et de chaque type d’atteintes ! Puisque qu’il sont de toutes façons sollicités pour le dossier médical d’office. Le généralistes décideurs n’est peut être pas la solution pour de telles décisions, je ne remets pas en cause leurs valeurs, mais il est compréhensible qu’ils ne peuvent connaitre toutes les maladies comme par exemple le neurologue, orthopédiste, et.....

En octroyant les aides inadaptées ou devrai-je dire refuser les bonnes adaptations durables par méconnaissance, Le gaspillage est assuré.

Mon opinion concernant le site type E Bay :

Cette proposition de site type E Bay serait utile et citoyen uniquement si le matériel proposé est offert ou échangé, SOLIDARITE. Par contre la revente engendrerait un commerce de matériel médical dont la provenance pourrait très bien être douteuse, un trafique de vide greniers.

Le matériel médical qui ne serait pas recommandé par un spécialiste, ne conviendrait peut être pas aux malades qui l’aurait acheté, et alors ce serait une perte d’argent supplémentaire pour ce malade, gaspillage.

Entre autres pour les fauteuils et voiturettes.

La taille de la personne est à prendre en compte, sa corpulence, le confort du siège, et j’en passe. Ce sont peut être des détails pour vous ! Mais une aide inadaptée achetée d’occasion pourraient engendrer une aggravation du handicap, des escarres, mal de dos, de la nuque, des bras des jambes, etc. Qu’en pensez -vous ?

De toutes manières, je pense que ce site ne serait qu’un simple bandage sur une jambe de bois !!!! Une sortie de secours provisoire pour nos ministres qui ne trouvent solution valable ! Ma parole de malade !!!! J’en ai ras le bol du provisoir !!!!

Il ne résoudrait en rien le gaspillage, et les bénéficiaires seraient sans doute des personnes en situation précaire et vulnérables. Je ne dis pas que l’idée de base est mauvaise, mais pas à mon goût et risquée

La seule solution valable est de s’attaquer à la source du problème, c’est-à-dire le gaspillage en répondant rapidement et intelligement aux demandes et éviter les frais supplémentaire pour la sécurité sociale.

Je remercie monsieur Matthieu Lemiez collaborateur parlementaire de la Députée fédérale Catherine Fonck de m’avoir transmis ce courrier.

Et j’envoie de Gros bisous à Marie-Thérèse Gusbin qui nous apporte son aide dans ce combat !!!!!!!!

Boucq André


Commentaires  (fermé)

Logo de louis ché mi
samedi 17 mars 2012 à 09h48, par  louis ché mi

madame Onkelemachin dit "ce n’est pas facile" C’est une copine à Albert ?
Il faudra attacher les mains et les jambes de certains des décideurs et les laisser vaquer à leur occupation en rampant. Cela les fera réfléchir.