Belle initiative de l’AWIPH

vendredi 10 février 2012
par  André Boucq
popularité : 17%

http://www.awiph.be/actualites/dive...

Le vendredi 3 février 2012 plus de 300 personnes -en situation de handicap, mandataires politiques, professionnels, professeurs d’université, parents, étudiants, journalistes– étaient présents pour écouter, échanger et débattre de la question de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées. C’est dire l’importance des besoins et la nécessité d’y apporter des réponses adéquates. Comme Alice Baudine, Administratrice générale de l’AWIPH, l’a souligné : « La sexualité est un droit fondamental de l’être humain avec tout ce que cela implique au-delà du seul plaisir ! C’est comme manger, boire, respirer soit un facteur essentiel à notre équilibre physique et psychologique. Nul être humain ne devrait en être privé. Pourtant les personnes en situation de handicap éprouvent encore aujourd’hui de grandes difficultés à accéder à une vie affective et relationnelle épanouie. » (…). « C’est pourquoi entre préjugés et peur de la situation, volonté de faire pour un mieux et surprotection, exaltation et morale, il s’agit aujourd’hui d’écouter. Avec toute la simplicité et l’ouverture d’esprit que cela suppose ! Ecouter le choix de chacun même si on ne le comprend pas, même si on le trouve hors-normes, même s’il ne rencontre pas nos aspirations de parents ou d’intervenants. » Comment sortir des préjugés et du poids d’une certaine morale dans une société où l’image prédomine au détriment des idées et du respect des individus ? Comment garantir le droit à une vie privée ? Comment respecter l’intime lorsque l’on se trouve amené pour des raisons de soins à une proximité quasi permanente avec la personne ? Comment dépasser le « je suis pour la parentalité des personnes handicapées » et le « jamais je ne confierais mes enfants à ces parents-là » ? Etc. De nombreuses pistes ont été présentées et travaillées au sein des 6 ateliers de l’après-midi. Catherine Aghté-Diserens, sexopédagogue Suisse et Jean-Michel Longneaux, philosophe aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix (FUNDP), notamment, ont amené de très intéressantes et interpellantes pistes d’actions pour plus de choix pour les personnes handicapées dans le respect du droit à une vie affective et sexuelle en fonction des besoins et des possibilités de chacun. Afin de partager et poursuivre la réflexion, les actes de ce colloque seront publiés ici d’ici la fin mars. En attendant, vous trouverez déjà en téléchargement sur cette page les présentations réalisées.



Commentaires  (fermé)