Atteinte de S.L.A à 71 ans, elle est trop vieille pour bénéficier des aides AWIPH ?

samedi 22 octobre 2011
par  André Boucq
popularité : 1%

Toujours ce plafond limite de 65 ans !!! Et oui, votre handicap déclaré après cette limite !!! Adieu les aides AWIPH pour les personnes handicapées. (La honte Belge)

LIBIN dans les Ardennes

JPEG - 13.2 ko

Condamnée par la maladie, Annie se bat pour un statut de handicapée qu’on lui refuse. Pour elle, c’est comme si on niait sa souffrance. « Je sais que la durée de vie est de six ans, dont deux sont déjà passés. Donc, pour nous, on sait comment ça finira… » Annie Thérer a écrit cette phrase d’une main hésitante au revers d’une enveloppe qu’elle nous tend en tremblant. À 71 ans, Annie est atteinte de la SLA. La sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot, qui lui ronge inexorablement la moelle épinière. Depuis deux ans, lorsque ce mal incurable a été diagnostiqué, elle a déjà totalement perdu l’usage du bras et de la main gauches, ne se déplace plus qu’à l’aide d’un déambulateur, ne peut plus parler, déglutit difficilement et sent que sa respiration est plus pénible de jour en jour… « On a déjà fait les papiers pour dire qu’on ne veut pas d’acharnement thérapeutique… », dit, la voix éteinte, son mari, Henri Lambin. Dans leur maison de Libin en province de Luxembourg, depuis le diagnostic posé par un neurologue un sale jour d’octobre 2009, la maladie prend toute la place. Traînant dans son sillage la résignation. Malgré tout, l’énergie qu’il lui reste le couple de septuagénaires veut la mobiliser pour faire entendre son coup de gueule. Pour leur cas personnel, mais aussi « pour que les autres qui seront dans cette situation sachent ! », disent-ils. Savoir quoi ? Que malgré cette pathologie lourde qui lui a déjà enlevé l’usage d’une partie de son corps et qui la clouera sans coup férir dans un fauteuil roulant, puis dans un lit, Annie ne peut être admise au statut de personne handicapée. La demande que le couple dit avoir introduite à l’Awiph (agence wallonne pour l’intégration de la personne handicapée) a en effet reçu une réponse négative (NDLR : c’est en réalité le SPF sécurité sociale qui octroie ce statut – voir ci-dessous). Une injustice, jugent Annie et Henri. La loi, leur répondent les instances officielles vers lesquelles ils se sont tournés… Trop vieille pour être handicapée ? C’est que la maladie d’Annie est apparue alors qu’elle avait 69 ans et n’a été formellement identifiée qu’un an plus tard. La barre fatidique des 65 ans requise pour introduire une demande (voir ci-dessous) était dépassée. Au regard de la loi, elle ne peut plus être handicapée. Elle est simplement trop vieille… « C’est vrai que cette règle des 65 ans est illogique, intervient l’infirmière qui procure quotidiennement des soins à Annie.Car son handicap n’est en rien dû à la vieillesse, mais bien à la maladie. » Cette histoire de limite d’âge, « ça l’a révoltée », confie Henri. Révolté, il l’est aussi. Au point parfois, en bon Ardennais, de se buter un peu. Comme lorsqu’il refuse de se rendre dans un centre conventionné par l’Inami pour y faire constater la pathologie de son épouse. Cela permettrait pourtant à Annie de se faire rembourser les séances de logopédie qui lui faisaient un peu de bien, mais qu’elle a dû arrêter car elles coûtaient trop cher au tarif plein. « Mais pourquoi devrait-on aller à Fraiture-en-Condroz ou à Ottignies(NDLR : les deux centres conventionnés en Wallonie), alors que le neurologue qui la suit à Marche-en-Famenne a diagnostiqué la maladie ? Un neurologue, c’est un neurologue ! », s’énerve Henri. Fraiture est certes plus loin que Marche, et Annie a de plus en plus de mal à se déplacer. Mais ce ne serait qu’une seule fois. Et Henri n’ignore pas qu’elle peut bénéficier d’un taxi social, sans compter que la famille est aussi présente pour aider. Mais Henri et Annie ne semblent pas vouloir l’entendre, comme s’ils en faisaient une question de fierté. Car au fond, on sent bien que c’est surtout de cela dont il s’agit. Car ce statut de personne handicapée qu’ils réclament, c’est une reconnaissance de leur souffrance quotidienne qu’ils y cherchent. Bien plus que les avantages matériels. Il suffit d’ailleurs de s’appesantir un peu trop sur les avantages financiers auxquels ils n’ont pas droit et Annie s’empare de son morceau d’enveloppe : « Ce n’est pas pour l’argent, griffonne-t-elle à la hâte de sa main encore valide.C’est pour la justice ! »¦

Source : l’avenir


Commentaires  (fermé)

Logo de hochart karine ( mon pseudo est galouane)
mercredi 26 octobre 2011 à 09h10, par  hochart karine ( mon pseudo est galouane)

Une loi qui est vraiment bête que l’on décide que après 65 ans ce n’est pas un handicap mais la vieille vraiment N’IMPORTE QUOI !!!!!!!!!!!! Bon courage a toutes les personnes atteintes de cette maladie car elles doivent avoir une force mental exceptionnelle et souvent elles nous remonte le moral quand nous allons pas bien alors que nous n’avons pas un quart de leur combat à faire !! Bonne journée à tous !!