« Dédé » Boucq – Un jour est une vie, un jour est amour –

vendredi 26 août 2011
par  André Boucq
popularité : 1%

Lucie ne parle pas beaucoup de sa vie avec Dédé. Comme je l’ai dit, elle est là continuellement pour l’aider. Lui donner à boire (toujours avec une paille), lui allumer ses clopes, les rouler parfois, l’habiller, le laver le faire allez au toilettes etc etc. Non jamais elle ne voudra de plus d’aide qu’à ce jour. Elle aime trop son mari pour qu’il en soit autrement. Au plus le temps passe, au plus son regard est doux envers lui et jamais ses enfants ne sont mis à l’écart. Lionel, maintenant âgé de 24 ans assume parfaitement son rôle et Mélanie est une gamine formidable. Pas facile pour elle, on pourrait le croire mais elle assume parfaitement autant que ses 12 ans le lui permettent. Dédé a un ongle cassé, zou, c’est elle qui s’en occupe et ce n’est qu’un exemple bien évidement. Quand Lucie a appris le sort réservé à son Dédé, cela a été une catastrophe et encore maintenant c’est Dédé qui doit parois la booster. C’est vrai qu’au début de la maladie, quand il faisait tomber une chose, elle se précipitait pour la ramasser mais lui voulait faire l’effort et des milliers de fois le cas s’est présenté. Ce ne sont pas des situations faciles à gérer d’autant que mille situations différentes que celles qui nous arrivent à nous, peuvent surgir.