20 juillet 2010- dernières infos sur Trophos

mercredi 21 juillet 2010
par  André Boucq
popularité : 2%

Publication fin 2011 des données d’un composé en fin de Phase III dans le traitement de la Sclérose Latérale Amyotrophique Une approche thérapeutique innovante va être poursuivie plus avant dans le cadre d’une collaboration de découverte médicamenteuse

Allschwil, Suisse, et Marseille, France, le 20 juillet 2010 – Actelion Ltd (SIX : ATLN) et la société Trophos SA annoncent aujourd’hui la signature d’un accord par lequel Actelion, pour 10 millions d’euros, obtient une option exclusive pour acquérir Trophos, une société pharmaceutique de recherche clinique.

L’olesoxime, le composé principal de Trophos, est en étude de Phase III dans la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), une maladie orpheline également connue sous le nom de maladie de Charcot. Cette étude devrait fournir des données d’ici à la fin de l’année 2011, Actelion pouvant alors exercer son option d’achat sur Trophos à un prix compris entre 125 et 195 millions d’euros, en fonction des différentes approbations réglementaires et des autres progrès cliniques du portefeuille de Trophos.

Simon Buckingham, Président en charge du développement corporate et du business development mondial chez Actelion, déclare : « Trophos a réalisé un excellent travail en recrutant plus de 500 patients atteints de SLA au sein de cette étude pivot bien conçue. Dès que les résultats de l’étude seront disponibles, Actelion sera dans une situation idéale pour tirer profit de ces avancées, grâce à notre expertise réglementaire reconnue au niveau mondial et à notre expérience en matière de marketing dans le domaine des médicaments orphelins. »

Trophos est une société de recherche clinique qui dispose d’un portefeuille de nouvelles molécules en développement dans les maladies du neurone moteur comme la SLA et l’amyotrophie musculaire spinale (AMS), ainsi qu’un nouveau composé visant les lésions cardiaques d’ischémie-reperfusion.

Damian Marron, le PDG de Trophos, ajoute : « Depuis sa création, Trophos a réalisé des progrès significatifs en transformant son expertise clé dans les désordres neurodégénératifs et les maladies orphelines en autant de réussites qui incluent l’avancement de notre composé principal olesoxime jusqu’à un stade poussé de développement clinique. Le développement de l’olesoxime a bénéficié d’importants soutiens de la part des communautés de patients, des enquêteurs cliniques, et de l’Union Européenne, avec notamment la gestion par Trophos d’un consortium financé par l’Union Européenne visant à améliorer le traitement de la SLA ».

Damian Marron ajoute : « Nous sommes ravis de l’accord conclu avec Actelion, qui permettra d’apporter des compétences et des expertises supplémentaires pour permettre à notre composé d’être rapidement mis à la disposition des patients, une fois l’étude terminée avec succès. »

Damian Marron conclut : « Je me réjouis également de cet accord car il offre aux investisseurs de Trophos une opportunité de réaliser la valeur de leurs investissements ».

Les deux sociétés se sont également mises d’accord sur une collaboration pour permettre à Actelion d’utiliser la technologie de tests SNC (système nerveux central) propriétaire de Trophos et sa bibliothèque de composés. La technologie reproduit dans les tubes à essai du laboratoire les processus de dégénérescence neuronale et permet de cribler les composés chimiques pour leurs capacités à bloquer ces processus.

Le Dr. Martine Clozel, Directeur Scientifique chez Actelion, commente : « Trophos possède une approche révolutionnaire et une expertise propriétaire qui ont permis le développement de nouveaux systèmes de criblage à haut débit qui utilisent des neurones primaires. La société dispose également de la capacité de profiler des composés plus avancés. Cela revêt une grande importance pour Actelion, étant donné que nous avons développé en interne une vaste bibliothèque de composés et une expertise significative dans le domaine des troubles neurologiques. »

Notes pour les journalistes :

A propos de l’accord Le 19 juillet 2010, Actelion a signé un accord portant sur l’acquisition de Trophos SA, une société française pharmaceutique de recherche clinique qui développe des médicaments pour les patients atteints de maladies neurodégénératives. L’acquisition est liée à l’exercice par Actelion d’une option d’achat. Cette option deviendra exerçable dès paiement par Actelion de la somme de 10 millions d’euros à Trophos. L’option prendra fin deux mois après la réception par Actelion des résultats de l’étude de Phase III de l’olesoxime qui est en cours, et au plus tard le 31 décembre 2012, Actelion pouvant y renoncer à tout moment. L’exercice de l’option sera payé en numéraire, et dépendra en partie de l’autorisation de mise sur le marché de l’olesoxime par la Food and Drug Administration américaine (FDA), ainsi que de la progression globale des autres composés du portefeuille. De ce fait, le prix d’exercice pourra varier entre 125 et 195 millions d’euros.

A propos de l’olesoxime L’olesoxime, le principal composé de Trophos, est issu de la nouvelle classe propriétaire de molécules modulatrices du pore de la mitochondrie. Les études précliniques ont montré que l’olesoxime favorise le fonctionnement et la survie des neurones et d’autres types de cellules placées en conditions de stress pathologique, grâce à leurs interactions avec le pore de transition membranaire de la mitochondrie (mPTP). L’olesoxime a aussi montré une activité dans le modèle SOD1 de la SLA (Bordet et al. JPET 322:709-720, 2007).

L’olesoxime a terminé avec succès ses études cliniques de Phase I sur des volontaires sains et de Phase Ib sur des patients atteints de SLA. Ces essais cliniques ont démontré que le produit est très bien toléré. Ils ont également permis de déterminer le régime de dose utilisé dans l’étude pivot de Phase III.

A propos de l’essai clinique de Phase III dans la SLA Cette étude de phase III sera réalisée en groupes parallèles sur 18 mois, randomisée, en double aveugle versus placebo afin d’évaluer l’efficacité et la tolérance de l’olesoxime versus placebo. Elle a bénéficié d’un avis sur le protocole de l’Agence Médicale Européenne EMA. Le recrutement s’est achevé au premier trimestre 2010, avec 512 patients diagnostiqués SLA depuis 6 à 36 mois avant leur entrée dans l’essai, et traités selon les méthodes classiques. L’olesoxime est administré par voie orale en une dose unique quotidienne de 330 microgrammes. Cet essai se tient dans 15 centres en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Espagne et fait partie du projet collaboratif de 3 ans MitoTarget (Grant Agreement No : HEALTH-F2-2008-223388) qui a reçu un financement de la Commission Européenne de près de 6 millions d’euros.

Le critère principal d’évaluation de l’étude est la survie à 18 mois. Les critères secondaires d’évaluation incluent l’évaluation sur l’échelle ALS-FRS de l’évolution de la pathologie, le temps de ventilation assistée, la capacité vitale lente (mesure de la fonction respiratoire), l’évaluation de la force musculaire par test manuel et l’évaluation de la qualité de vie.

A propos de la Sclérose Latérale Amyotrophique La Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), plus communément appelée maladie de Lou Gehrig aux Etats-Unis, est la maladie du neurone moteur la plus répandue, avec un taux de prévalence de 2 à 3 pour 100 000 (30 000 patients atteints aux Etats-Unis, et 45 000 en Europe à temps constant).

La plupart des patients qui développent la SLA sont âgés de 40 à 70 ans (moyenne d’âge de 55 ans). Plus de 80% d’entre eux décèdent entre 3 et 5 ans après le diagnostic. La forme de SLA la plus répandue est la SLA sporadique, mais 5 à 10% des cas sont héréditaires par transmission autosomique dominante (SLA familiale).

Les premiers symptômes de la SLA incluent une faiblesse musculaire dans les bras et les jambes, puis plus tard, des difficultés respiratoires et à la déglutition qui sont généralement la cause du décès. Il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement qui permette d’arrêter la progression de la maladie chez les patients atteints de SLA.

A propos de la stratégie de recherche de Trophos La stratégie de recherche de Trophos implique la re-création de processus de dégénérescence neuronale dans les tubes à essais en laboratoire et le criblage de composés chimiques pour leur capacité à bloquer ces processus. Des essais sur des maladies pertinentes sont développés en utilisant les neurones spécifiques touchés par chaque maladie. Par exemple : les neurones moteurs pour la SLA et l’ASM, les neurones de la région du striatum pour la maladie de Huntington, et les neurones corticaux pour la maladie d’Alzheimer. Pour résumer, Trophos considère le neurone comme un tube à essai cellulaire rempli des divers produits issus des 30 000 gènes exprimés par une cellule, dans des conditions aussi proches que possible de l’environnement physiologique.

A propos de Trophos SA Trophos est une société pharmaceutique qui développe des thérapies innovantes jusqu’à leur validation clinique dans des indications en neurologie et cardiologie qui n’ont pas encore de traitements efficaces. La société dispose aujourd’hui d’une collection de composés chimiques brevetés dérivés du cholestérol-oxime générant des candidats médicaments, dont le principal, l’olesoxime, a terminé le recrutement de son essai de Phase III de patients atteints de SLA, et dont le deuxième produit, dans le domaine cardiovasculaire, entre en développement clinique de Phase I. Les composés de Trophos augmentent le fonctionnement et la survie des cellules stressées, par la modulation de la dysfonction mitochondriale, en interagissant avec le pore de transition membranaire de la mitochondrie (mPTP). Des études cliniques publiées récemment soutiennent le rationnel thérapeutique de médicaments ciblés sur la mitochondrie en neurologie (maladie d’Alzheimer) et en cardiologie (lésions cardiaques d’ischémie-reperfusion). Trophos est particulièrement bien positionnée pour exploiter cette approche thérapeutique reconnue. Trophos a été créée en 1999 par Antoine Beret et Michel Delaage, respectivement anciens PDG et Directeur scientifique d’Immunotech. La société a été financée par des fonds représentés par Amundi PEF (anciennement SGAM AI), Turenne Capital Partenaires, Viveris Management, OTC Asset Management, Sofimac, Sofipaca, CM-CIC Capital Privé, Blue Medical Investment et l’Association Française contre les Myopathies (AFM). Trophos a également reçu des financements publics de la part de la Commission Européenne, de l’AFM, de l’Agence Nationale de Recherche et d’Oseo Innovation.

A propos d’Actelion Ltd Actelion Ltd est une société biopharmaceutique dont le siège social est à Allschwil (Bâle), en Suisse. Le premier médicament de Actelion, Tracleer®, un antagoniste mixte des récepteurs de l’endothéline à prendre par voie orale, a été approuvé pour le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire. Actelion commercialise Tracleer® par l’entremise de ses propres filiales dans les principaux marchés internationaux, dont les États-Unis, l’Union européenne, le Japon, le Canada, l’Australie et la Suisse. Fondée fin 1997, la société Actelion est un acteur incontournable dans la recherche innovatrice sur l’endothélium – la couche de cellules unique séparant chaque vaisseau sanguin de la circulation sanguine. Plus de 2 300 employés de Actelion travaillent à la découverte, la mise au point et la commercialisation de médicaments novateurs afin de répondre à des besoins médicaux non comblés. Les actions de Actelion se négocient à la bourse suisse (SIX Swiss Exchange – symbole au téléscripteur : ATLN) dans le cadre du SMI® (Swiss Market Index), l’indice des valeurs-vedettes du marché suisse.

Juliette dos Santos

ANDREW LLOYD & ASSOCIATES http://www.ala.com juliette@ala.com

55 rue Boissonade 75014 PARIS FRANCE Tel : +33 1 56 54 07 00 begin_of_the_skype_highlighting +33 1 56 54 07 00 end_of_the_skype_highlighting Fax : +33 1 56 54 07 01

Brighton Business Centre 95 Ditchling Road Brighton BN 1 4ST ENGLAND Tel : +44 1273 675100 Fax : +44 1273 675400

INTERNATIONAL TECHNOLOGY MARKETS, STRATEGY & COMMUNICATIONS

Tags : Actelion, maladie de Charcot, maladie orpheline, médicaments orphelins, olesoxime, option d’achat, Scélore Latérale Amyotrophique, société pharmaceutique, Trophos



Commentaires  (fermé)

lundi 11 octobre 2010 à 08h37

Ma maman a commencé le traitement en juin 2009, il s’avère qu’au dernier rendez vous à l’hopital larchet de nice, ma mère présenterait une forme lente de la maladie et elle serait d’aprés les neurologue un cas trés athypique de la maladie, possible que le traitement y soit pour quelque chose. placebo ou medicament nous ne savons pas mais l’espoir est là et l’essai est reconduit alors pourquoi pas ? gardons l’espoir de toute les facons nous n’avons pas le choix il nous reste que ça. bon courage à tous

Logo de Stéphane GRANGER
lundi 26 juillet 2010 à 18h41, par  Stéphane GRANGER

je prends cette molécule depuis six mois.elle n’est pas appelée à remplacer le rilutek. Si cette molécule marche elle sera prise en même temps que le rilutek.
Je dis bien si elle marche, car hélas pour moi je me vois aucun ralentissement.
Mais j’ai peut-être le placebo...
les gros sous arriveront si les essais sont concluants.

Logo de Amandine.C
lundi 26 juillet 2010 à 14h27, par  Amandine.C

Bonjour,

mon père étant atteint de la SLA depuis prés de 5 ans, je suis de prés les avancées des recherches contre cette maladie.

Sauriez vous comment peut on rentrer dans des tests cliniques, protocoles ?

Merci.

Cordialement,

Amandine

dinemakeup@hotmail.fr

Logo de ARLETTE
jeudi 22 juillet 2010 à 09h27, par  ARLETTE

MERCI CHER DEDE DE CES INFOS

AUSSI J AVAIS UN ESPOIR DANS OLESOXIME MAIS EN LISANT CET ARTICLE MIS A PART LES TERMES SCIETIFIQUES QUE JE NE COMPRENDS PAS MON INTUITION ME LAISSE PENSER QUE CE SERA UN REMPLACANT DU RILUTEK ???

C EST DIFFICILE A DIRE MAIS JE SENT DANS TOUT CA UNE HISOIRE DE GROS SOUS

JE VOUDRAI ME TROMPER ???

ARLETTE