Métaux lourds et S.L.A

dimanche 7 février 2010
par  André Boucq
popularité : 100%

Le paradoxe des métaux lourds pourrait se diriger vers une nouvelle thérapie pour la maladie de Lou Gehrig, S.L.A, ALS De nouvelles découvertes ont été faites au sujet de comment un taux élevé de plomb, qui est un lourd métal neurotoxique, peut retarder la progression de la sclérose latérale amyotrophique, ou la maladie de Lou Gehrig - de découvertes qui pourraient se diriger vers un nouveau type de thérapie.

Les résultats surprirent les chercheurs, car le plomb est connu comme ayant un facteur de risque pour la SLA. Ce paradoxe n’est toujours pas entièrement compris, et ne formerait pas la base d’une thérapie à ce niveau, puisque le plomb est toxique pour le système nerveux. Mais des scientifiques disent que le phénomène peut mener à des vues alternatives encourageantes vis-à-vis des thérapies de gène qui sont maintenant l’objet d’étude.

La recherche fut récemment publiée dans Neurobiology of Disease, un journal professionnel, par des chercheurs de l’Instituto Clemente Estable et la University of the Republic of Montevideo, Uruguay, et la Oregon State University. La recherche fut supportée par la National Institutes of Health.

“Nous savons que l’exposition environnementale du plomb est un facteur de risque pour la SLA,” dit Joseph Beckman, détenteur de l’Ava Helen Pauling Chair à la Linus Pauling Institute et directeur de la Environmental Health Sciences Center à l’OSU. “C’est pourquoi il est tellement surprenant que, suivant des études faites sur des animaux de laboratoire, de niveaux plus élevés de plomb paraissent réduire significativement la perte de neurons moteurs et la progression de la SLA.”

La recherche continuera d’explorer les mécanismes sous-jacents qui peuvent causer ceci, dit Beckman. Mais les découvertes posent immédiatement des questions à propos de la sagesse de la thérapie de chélations dans les efforts de traîter la SLA, que beaucoup de gens ont essayée malgré qu’il n’y a pas de preuves de son fonctionnement. La thérapie de chélation essaie d’enlever du corps des métaux lourds, tel le plomb.

“Beaucoup de gens ont dépensé de milliers de dollars à la thérapie de chélation pour traîter la SLA, malgré un manque de preuves scientifiques que les métaux lourds causent la maladie,” dit Beckman. “Ces découvertes sur le mécanisme protectif potentiel du plomb posent des questions sur le rationnel pour la thérapie de chélation dans le traitement de la SLA.”

La SLA est une maladie neurodégénérative progressive et fatale qui cause de la faiblesse des muscles et de l’atrophie à travers le corps entier. Il n’y a pas de cure qui soit connue, et elle touche environ 2 ou 3 de chaque 100 000 personnes annuellement.

Selon Beckman, quelques unes des découvertes sur le rôle du plomb dans cette maladie déduit de la recherche collaborante OSU se font avec des universités en Uruguay, où de nombres significatives d’enfants de familles appauvries souffrent de l’empoisonnement par le plomb, causé par le placement de camps sur des usines de plomb abandonnées près de Montevideo.

“Dans ce domaine il y a d’immenses problèmes avec l’empoisonnement par le plomb, surtout chez des enfants,” dit Beckman. “Des gens sont exposés par l’eau, l’alimentation et autres sources environnementale, et nous avons travaillé là pendant un nombre d’années pour mieux apprendre sur la neurotoxicité de l’exposition au plomb.

Le plomb semble avoir une certaine interaction avec des astrocytes, dit Beckman, un type spécial de cellule dont l’on croit qu’il influence la diffusion de la SLA. Des astrocytes sont un component majeur de cellules du cerveau, et, dans des systèmes sains, ils aident à supporter des neurons, les protègent contre infection et blessure et déplacent des neurons quand ceux-ci sont endommagés.

Ce procès délicat, pourtant, peut être rompu dans la SLA, au point que l’on croit que les astrocytes jouent un rôle à causer la mort inappropriée de neuron moteur.

“Ces systèmes sont pesés très soigneusement et plusieurs facteurs doivent fonctionner en même temps,” dit Beckman. “La fonction juste des astrocytes est essentiel à la vie, mais leur disfonction peut mener à la maladie. Nous pensons que le plomb module plus ou moins les actions neuroinflammatoire des astrocytes et, dans le cas de la SLA, il aide à changer leur équilibre vers un retour à la protection plutôt qu’à l’endommagement.”

Lorsque ceci a lieu, disent des chercheurs, il apparaît que des astrocytes peuvent stimuler la production de “facteur de croissance endothelial vasculaire,” qui à son tour protègent des neurons moteurs. Des chercheurs partout dans le monde voient des accroissements dans ce facteur de croissance comme une voie possible d’aider à traîter la SLA, et la plupart du travail est dirigée sur des thérapies de gène pour l’accomplir. Il y a un besoin de plus de recherche pour déterminer les mécanismes par lesquels le plomb a cet effet protecteur, qui pourrait aider à identifier des cibles pharmacologiques pour la maladie.

Les taux de plomb qui étaient thérapeutiques chez des souris ont un risque toxique chez des humains adultes, ont trouvé les chercheurs. Pourtant, comme on apprend mieux comment le plomb affecte la SLA, des alternatives au plomb peuvent être trouvés pour accomplir le même but.

“Des preuves disponibles supportent l’opinion que des astrocytes sont des buts clés pour le plomb et répondent à ceux-ci en induisant des chemins neuroprotecteurs,” écrivirent des chercheurs dans leur rapport. “Nos résultats suggèrent que le plomb active un tout nouveau chemin apte à réduire la neuroinflammation et lente neurogénération dans la SLA.”

Traduction : Eric De Keyser

Source : ALS Independence



Commentaires  (fermé)

Logo de André Boucq
mercredi 8 septembre 2010 à 16h48, par  André Boucq

Appel à témoins

Avez-vous reçu un vaccin dans les jours précédant les premiers symptômes de votre SLA ?

(vaccin contre la polio, le tétanos ou l’hépatite B, autre) ?

Si oui, quelle marque de vaccin ?

Avez-vous une SLA atypique, une SLP (primitive), une autre maladie associée de type auto-immun comme un Gougerot-Sjögren, ou autre ?

Si vous répondez à l’une de ces questions par oui, je vous propose de prendre contact avec Madame Lucienne Foucras via cette adresse Mail

lucienne.foucras@wanadoo.fr
Merci,
André Boucq

Logo de André Boucq
jeudi 2 septembre 2010 à 18h25, par  André Boucq

Bonjour, Pour le vaccin, vous pourriez regarder cet article

http://www.sante-solidarite.com/vaccin.htm

André

Logo de lola
mercredi 1er septembre 2010 à 20h23, par  lola

Et bien , je na sais s’il y a un lien metaux /sla , mais ce que je sais c’est que j’ai tous les symptomes qqs mois aprés vaccin et retrait dent plombée !!!!!!

Logo de alain robin
mercredi 17 mars 2010 à 15h06, par  alain robin

31 Aoà»t 2009 : Test de « provocation  » au Zn-DTPA-DMPS pour déceler éventuellement intoxication aux métaux lourds dont le mercure contenu dans les « plombages  » dentaires.
Voir : http://www.microtrace.de/Francais/a...

28/9/9 : résultat 155 mcg de mercure, norme maximum entre 1 et 12 mcg.
Début de traitement :
1, Injection chélateur (DMPS&DMSA) tous les mois pendant 10 fois (dmps), après Dmsa. Voir www.ibcmt.com
2, Enlever amalgames.dentaires. http://www.iaomt.org/articles/files...
3, Prise complexes vitaminés Energy Revitalisation System d’Enzymatic Therapy, Lipothion et Cell Protect. Www.nutrisan.com

Source première des informations : vérités sur les maladies émergentes par Françoise Cambayrac, médecine et société. http://francoise-cambayrac.org/

En résumé :
pour traitement intoxication aux métaux lourds, impossible àtrouver dans le sang car se logent dans les organes : cerveau, système nerveux. Seuls 20% de la population éliminent mal les métaux lourds ;
injection de DMSA en juillet pour atteindre le cerveau si taux de mercure suffisamment bas.

Wait and see.

Alain

Logo de André Boucq
mardi 23 février 2010 à 16h18, par  André Boucq

Message reçu ce Jour.
Bonjour àtous,

Je vous annonce....

Une conférence inédite, mercredi 3 mars à20h àla Maison de la Culture de Namur, avec Marie Grosman, spécialiste mercure au sein d’ATC (Association Toxicologie CNAM) et le témoignage de Denise Schneider.
"Métaux lourds, métaux traces toxiques".
3 mars 20h.
Maison de la Culture de Namur.

Pour cette conférence exceptionnelle, il est prudent de réserver votre place.

http://www.maisonecologie.be/METAUX-LOURDS-METAUX-TRACES.html