AWIPH - Intangible, la barrière des 65 ans ?

Le MR veut lever la barrière des 65 ans pour décrocher une aide de l’Awiph. « Pas possible  », tranche la ministre. Mais elle a un plan, elle aussi.
jeudi 26 novembre 2009
par  André Boucq
popularité : 1%

Je suis très déçu, j’écrirai bientôt mon opinion sur ce débat. mais Je pense que notre ministre devrait revoir sa vision des vieux ! L’espérance de vie augmente, les aides ne suivent pas.

http://www.actu24.be/article/societe/intangible,_la_barriere_des_65_ans_/375622.aspxMis à jour le 25 novembre 2009 à 07:21 Publié le 25 novembre 2009 à 06:00

AWIPH

JPEG - 6 ko
vieux

Intangible, la barrière des 65 ans ?

JPEG - 4.2 ko
vieux au stade

Le MR veut lever la barrière des 65 ans pour décrocher une aide de l’Awiph. « Pas possible », tranche la ministre. Mais elle a un plan, elle aussi.

Pascale SERRET

« Il y avait eu les déclarations des uns et des autres. J’avais un espoir... naïf », peste Chantal Bertouille, députée de l’opposition au Parlement wallon. La libérale a déposé une proposition de décret pour les seniors de plus de 65 ans touchés par un handicap non lié au vieillissement. Son texte n’a pas été soutenu.

Actuellement, seules les personnes handicapées de moins de 65 ans peuvent introduire une demande d’aide auprès de l’Awiph (Agence pour les personnes handicapées). « Il faut que le handicap soit déclaré avant 65 ans. Sinon, on bascule dans le régime d’aide aux personnes âgées, même si le handicap qui justifie la demande d’aide n’a rien à voir avec le vieillissement », résume Chantal Bertouille. Le député cdH Dimitri Fourny s’y était déjà cassé les dents. Il tente désormais sa chance au fédéral ; il voudrait décrocher une éventuelle compensation fiscale pour le public concerné. Mais c’est une autre histoire.

Le texte de la députée MR a quant à lui été examiné hier en commission des Affaires sociales. Il propose donc d’étendre les possibilités d’intervention de l’Awiph aux plus de 65 ans quand le handicap n’a rien à voir avec le vieillissement. Dans les autres cas, l’Inami resterait compétent. Mais le MR s’est retrouvé tout seul pour défendre la proposition.

La ministre des Affaires sociales Éliane Tillieux (PS) avait pourtant annoncé son intention de s’attaquer à cette situation. « C’est pour ça que j’y ai cru », insiste Chantal Bertouille. « Mais à mon grand étonnement, ma proposition n’a pas reçu l’aval des groupes de la majorité. Et pas plus de la ministre ».

Le plan d’Éliane Tillieux Qu’en dit la ministre ? « Bien sûr qu’il faut faire quelque chose ! Mais il s’agit de ne pas donner de faux espoirs aux gens », prévient-elle. Or, si on gomme la barrière des 65 ans, on fait sauter la banque : « Selon les évaluations, il faudrait plus de 200 millions €. » Autrement dit, la proposition de Chantal Bertouille n’est pas réaliste dans l’état actuel des choses. « Et le texte du MR pose des problèmes d’interprétation : quand une personne de 82 ans est dans une chaise roulante, comment faire la part des choses entre le handicap lié au vieillissement ou pas ? On ouvre la voie à d’autres discriminations » soulève Éliane Tillieux.

Par contre, la ministre socialiste, frappée par certaines situations délicates, a bien l’intention de faire quelque chose. Quoi ? Lever la barrière des 65 ans : trop cher. Dire oui à certains et non à d’autres : pas possible. « Mais on pourrait envisager des aides ponctuelles pour certaines personnes handicapées après 65 ans, qui sont financièrement dans l’impossibilité d’accéder à une meilleure qualité de vie », dit-elle.

Enfin, nous verrons bien les conditions demandées pour avoir droit à ces aides.) Selon quels critères ? Éliane Tillieux a demandé à l’administration de plancher sur des pistes de solutions et des critères, justement. « Ce serait des aides publiques, qui tiendraient compte des difficultés de vie d’une personne. Important : on ne travaillera pas seul. Ça se fera en concertation avec le fédéral, qui mène les politiques de santé. Et ce sera du cas par cas. Un budget de 1,5 million € a été dégagé pour 2010. Je me suis battue pour ça », conclut-elle.

Source : actu 24